Formation sur les fondamentaux des droits et devoirs des usagers de l’hôpital

La charte des patients hospitalisés examinée à l’hôpital Lucie et Raymond Aubrac de Villeneuve Saint Georges

Faire évoluer ses pratiques soignantes

Formation droits et de devoirs des usagers de l'hôpital

Comprendre l’histoire de la Charte des patients hospitalisés de 2006 facilite la compréhension des droits et devoirs des patients hospitalisés. Autrefois, le patient hospitalisé était soumis à son médecin, à l’équipe hospitalière. Il n’en va plus de même aujourd’hui. Les évolutions sociétales ont bousculé ces pratiques anciennes. Aujourd’hui, la patient veut être acteur de sa santé, il veut savoir, comprendre, décider…

Les 7 stagiaires ont pu oraliser les situations rencontrées dans leur quotidien. Celles-ci sont parfois difficiles et, face à des patients demandeurs, les soignants sont souvent démunis. Voir ou revoir les différents articles de la Charte a permis de mieux comprendre les droits des patients et donc faire évoluer leurs pratiques soignantes.

Cette formation a été très bien accueillie par nos stagiaires.

Témoignage de S.

« Intéressant, bien menée, bons débats avec des cas concrets dans des spécialités médicales différentes. »

M. précise :

 » Cette formation va me permettre de réfléchir sur mes pratiques et les mettre en adéquation avec la législation en vigueur ».

 

Vous souhaitez en savoir plus sur nos formations : http://www.alter-formation.net

Le CHRU de Lille accueille Alter Formation Conseil !

Le CHRU de Lille accueille Alter Formation Conseil.

Retour sur la présence d’Alter Formation Conseil au Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Lille le 20 novembre dernier.

Après plus de 20 ans de recherches, la douleur devient visible !

Le monitorage de la douleur a été démontré au sein du Centre d´Investigation Clinique et d´Innovations Technologiques (CIC-IT).

Ce nouvel appareillage permet le recul du handicap par une gestion optimisée de la douleur. Ainsi, la douleur mieux soignée et mieux gérée permettra aux personnes atteintes de maladies algiques de pouvoir envisager de reprendre une activité professionnelle.

Par ailleurs, le handicap invisible représente 80 % des handicaps et amène souvent le doute sur sa réalité. Dans notre société de l’image, cette avancée médico-technologique est alors essentielle. La douleur, productrice ou aggravatrice de handicap, mais invisible, sera transformée en image visible (et lisible) pour le patient, la famille et les soignants.

La douleur avérée, dans ses effets physiologiques délétères pour le corps humain, est mesurée par des biocapteurs (tension artérielle, pouls, rythme cardiaque, etc.) pour être analysée par un appareillage.
Par exemple, une augmentation brutale de tension artérielle combinée à une modification du rythme cardiaque indiquera que le corps souffre dans ses tissus et qu’une absorption d’antalgique supplémentaire est nécessaire.
Cette analyse permet donc d’adapter le traitement antalgique et supprimer ses effets physiologiques délétères.
Reste la douleur subjective, celle ressentie par la personne atteinte mais qui n’a pas d’effets sur l’organisme. Nul n’est alors besoin d’ingérer des comprimés supplémentaires mais plutôt s’orienter vers la prise une prise en charge psychologique de cette douleur ressentie.

Cet appareillage utilisé pour l’instant lors d’actes chirurgicaux commence à se démocratiser. Il fait son entrée dans des cabinets de kinésithérapie et dans les centres antidouleur.

De nombreuses publications scientifiques appuient cette innovation.

La start-up crée par le CIC-IT permet la production et la distribution de l’appareillage. Les bénéfices permettent de financer la continuité des recherches menées.

www.mdoloris.com

CHRU Lille Alter Formation Conseil

Photo Maison Régionale de la recherche clinique / CHRU Lille