Etudiants : apprendre à apprendre

Etudiants, apprendre est un problème ?

Vous souhaitez apprendre plus rapidement : vous avez besoin d’une méthodologie adaptée.

Vos efforts ne sont pas couronnés et vous vous épuisez !
Cette situation ne peut durer, car vous êtes en train d’écrire votre avenir.

Etudiants, Alter Formation Conseil Caraïbes croit en vous et vous propose le soutien dont vous avez besoin pour mieux apprendre.

Une journée pour acquérir une méthodologie pour apprendre de façon profitable : le 11 février à Baie Mahault.

La mémoire est essentiellement sensorielle, mais quel est votre meilleur canal : la vue, l’ouïe, l’odorat ?

Nous déterminerons votre canal mémoriel pour mieux apprendre.

Comment lire en captant l’essentiel des informations ?

Nous vous apprendrons à lire efficacement.

Comment prendre des notes à retenir ensuite plus facilement ?

Nous explorerons votre méthode adéquate.

Les plus de la formation : des résultats effectifs 

et une meilleure confiance en vous.

L’essentiel à savoir, sans travailler plus, mais mieux !

Etudiants atelier

Renseignements et inscription : caraibes@alter-formation.net ou 05 90 41 69 81

AFC Caraïbes

Atelier CV et lettre de motivation en Guadeloupe

Atelier de formation CV et lettre de motivation dans les Caraïbes

Dernières places disponibles !

CV et lettre motivation

Atelier de formation CV et lettre de motivation

L’objectif de cet atelier est double. Il s’agit de d’apporter les outils et conseils pour permettre de concevoir, rédiger et faire évoluer son CV et sa lettre de motivation.  Le destinataire de ces documents est la pierre angulaire de leur construction : entrée dans une formation spécifique, stage, emploi, job, évolution de poste, RAEP, VAE. Le CV et la lettre de motivation en dépendent directement. Une réflexion sur le parcours, le projet tant personnel que professionnel est initiée.

Un atelier pour faire le point

Réfléchir sur son parcours et ses motivations afin de rédiger un CV et une lettre de motivation précis et valorisants est difficile. L’atelier vous permettra de faire le point sur ces éléments.

Il est adapté aux besoins des stagiaires et s’organise en fonction de l’état d’avancement des CV et/ou lettres de motivation. Elle s’adresse aussi bien aux jeunes n’ayant jamais fait acte de candidature qu’à ceux qui souhaitent optimiser leur CV et leur lettre.

Un fil rouge constructeur

  • découverte des attentes des employeurs, des compétences clés ;
  • initier la réflexion sur sa motivation ;
  • échanges autour des attentes et des besoins des stagiaires vis-à-vis de l’atelier ;
  • travail autour des principes de construction d’un C.V et d’une lettre de motivation (contenu des rubriques, forme, pièges à éviter, adaptation à la demande …) ;
  • aide à l’émergence et à la mise en valeur des savoirs,compétences, savoir être et savoir faire des stagiaires ;
  • conseils pour l’entretien ;
  • exercices de gestion du stress.

Une formule originale

Deux journées d’atelier non consécutives  : 7 et 14 février à Baie Mahault

  • une première journée pour la théorie et la mise en place réflexive ;
  • un intervalle d’une semaine pour continuer à travailler en autonomie ;
  • une seconde et dernière journée pour finaliser son CV et sa lettre de motivation avec les conseils personnalisés du formateur.

Les places sont limitées, inscrivez vous vite : caraibes @alter-formation.net

Pour en savoir plus :http://alter-formation.net/afc-caraibes

Cette formation peut être prise en charge dans le cadre de votre CPF. renseignez vous auprès de votre service de formation (RH) ou le Pôle emploi dont vous dépendez.

Concours et examens administratifs : se préparer en Guadeloupe !

Préparation d’un concours ou examens administratifs : AFC Caraïbes vous propose un

préparer concours et examens administratifs

préparation concours Guadeloupe

accompagnement personnalisé sur le chemin de la réussite ! 

Dernières places disponibles !

A Baie Mahault, en Guadeloupe, 5 jours de formation pour maximiser vous préparer à votre prochain concours ou examens d’une des trois fonctions publiques (État, Territoriale, Hôpitaux), dans les trois catégories (A, B, C).

Cette préparation présentielle débutera le 30 janvier pour prendre fin le 3 février.

La mise en condition intellectuelle et mentale fait partie du programme proposé.

Vous débuterez par des conseils d’organisation et de gestion du stress, pour ensuite s’interroger sur ses capacités mémorielles : quelle est mon type de mémoire ? Comment l’améliorer ? Comment  mettre ma mémoire optimisée au service de la lecture rapide et de la prise de note ?

Les deux derniers jours seront consacrés à la rédaction administrative pour être lu et compris.

Entrainements à distance

A partir du 5 février, 4 devoirs d’entrainement et  concours blancs avec conseils et corrigés personnalisés achèveront votre préparation.

Vous serez alors prêt.e pour les épreuves !

90′ de vidéo pour en savoir plus : 


Préparez votre concours ou examens avec AFC… par alterformationconseil

N’hésitez plus, contactez-nous !

caraibes@alter-formation.net

05 90 41 69 81/06 07 01 11 12

http://www.alter-formation.net/caraibes
Préparez votre concours ou examens avec AFC… par alterformationconseil

Joyeuses fêtes

Toute l’équipe d’Alter Formation Conseil – Métropole et Caraïbes – vous souhaite de belles fêtes de fin d’année 2016.

Que 2016 se termine en beauté afin que 2017 commence avec panache.

Bien à vous.

http://www.alter-formation.net

JOYEUSES FÊTES 2016

JOYEUSES FETES

Sensibilisation au handicap pour le réseau CANOPÉ

CANOPE

Le handicap dans le réseau Canopé

Partout en France, le réseau Canopé se transforme et accueille les enseignants et les partenaires de l’éducation.  Ces nouveaux espaces sont ouverts et conviviaux, les Ateliers Canopé. Librairies, médiathèques, espaces de formation, d’expérimentations et d’animations, les Ateliers Canopé sont des lieux de proximité. Ils proposent de multiples fonctionnalités et offres de service. Dans chaque académie,   les sites du réseau Canopé sont les vitrines des ressources, des savoir-faire, des pratiques d’un réseau de proximité.

Une première formation de sensibilisation au handicap vient de se dérouler à Poitiers et a rassemblé 11 membres. Les stagiaires venaient de toute la France, les DOM TOM étaient représentés avec 2 stagiaires de Guyane et une de Martinique.

Les agents du réseau sont en contact avec des personnes en situation de handicap dans leur collectif de travail. Mais sans oublier dans le cadre de leurs ateliers auprès des groupes de scolaires. Depuis la loi de 2005, de plus en plus d’enfants accèdent au « milieu ordinaire ». il est donc indispensable de se préparer pour accueillir TOUS les enfants.

Ce stage a été très bien accueilli pour ses agents en attente d’informations sur le handicap et les meilleures attitudes à avoir pour poser les bases d’une communication réussie.

Les objectifs de la formation handicap

  • Connaitre le contexte législatif du handicap
  • Distinguer les différents types de handicap
  • Annihiler les préjugés, la discrimination induite
  • Optimiser la prise en charge des usagers selon la typologie des handicaps
  • Améliorer sa communication et son comportement face au handicap
  • Maîtriser les principes fondamentaux de l’accueil de publics handicapés.
  • Comme toujours, les différents outils et mises en situation ont été très appréciées.
  • Education nationale  : https://www.reseau-canope.fr/

 

Sessions de formation à l’accompagnement des patients en situation de handicap dans les hôpitaux en Martinique

Formation handicap pour les hôpitaux martiniquais

La formation au handicap est la pierre angulaire de l’évolution des mentalités liées à ses représentations sociales. Les savoir-faire, savoir-être sont capitaux pour un meilleur accompagnement des usagers en situation de handicap à l’hôpital.
L’Association Nationale pour la Formation permanente du personnel Hospitalier (ANFH) en a bien compris les enjeux et a fait appel à Alter Formation Conseil (AFC) pour réaliser deux sessions de deux journées en Martinique.
En effet, Alter Formation Conseil mène une politique volontariste de sensibilisation du personnel, à l’accueil, l’inclusion des personnes en situation de handicap. AFC est partie prenante de cette avancée sociétale d’importance !
Le public composé de soignants et d’administratifs a donc pu suivre cette formation spécifique à spectre large. Un apport situationnel a permis d’apprivoiser le handicap et ainsi optimiser leur prise en charge.

Les objectifs étaient les suivants :

•       Connaitre le contexte législatif du handicap ;
•       Distinguer les différents types de handicap ;
•       Favoriser la compréhension du handicap et les besoins des usagers dans cette situation ;
•       Annihiler les préjugés, la discrimination induites ;
•       Analyser ses pratiques soignantes et administratives en relation avec un usager en situation de handicap ;
•       Optimiser la communication des usagers selon la typologie des handicaps.
Pour atteindre des objectifs, un tour de table a permis d’installer une dynamique de groupe indispensable à la suite de la formation. Les échanges et la compréhension des apports méthodologiques ont été facilités grâce à une approche très pragmatique : apports méthodologiques et surtout études de cas concrets en sous-groupes et échanges de pratiques ont été favorisés.

30 stagiaires étaient présents. 97 % ont estimé que la formation répondait à leurs attentes et qu’ils ont pu acquérir des savoir être et savoir-faire directement applicables sur le terrain.

Les prochaines sessions sont prévues pour 2017 !

 

L’ANFH de Martinique : http://www.anfh.fr/martinique

ANFH MARTINIQUE 1 ANFH MARTINIQUE

Enregistrer

Enregistrer

Outre-mer : Inégalités avec la métropole

Outre-mer: un rapport prône un « big-bang » pour combler les inégalités avec la métropole

Le député de Guadeloupe Victorin Lurel (PS) prône « un état d’urgence social » et « un big-bang économique » dans les Outre-mer pour réduire d’ici 25 ans les inégalités avec l’Hexagone, dans un rapport sur l’égalité réelle pour ces territoires remis à la veille de la participation de Manuel Valls au dîner annuel des ultramarins.

L’ancien ministre des Outre-mer s’était vu confier en juin par le Premier Ministre Manuel Valls une mission parlementaire pour « définir les voies et les moyens pour aboutir à l’égalité réelle au niveau économique et social » entre les 11 territoires d’outre-mer et l’Hexagone, à la suite d’une demande de François Hollande.

Alors que la France va commémorer samedi les 70 ans de la départementalisation de la Martinique, la Guadeloupe, La Réunion et la Guyane, « de nombreux retards subsistent » entre les territoires ultramarins et la métropole, note M. Lurel, notamment en termes de transport, d’infrastructures, mais aussi d’accès au logement, d’emploi (le taux de chômage des jeunes est de 60%), de pauvreté, d’illettrisme ou de mortalité infantile.

Dans son rapport issu de 8 mois de consultations, remis à la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin et à la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité réelle Ericka Bareigts, il fait 35 recommandations, déclinées en 75 propositions.

Ce rapport de 373 pages sera suivi d’un projet de loi d’ici l’été. Il s’agira d’une loi d’orientation, qui devra être suivie de déclinaisons par territoire ultramarin, via des « plans de convergence » d’une durée maximale de 25 ans, « le temps d’une génération« .

« Nous avons une base pour élaborer un projet de loi, qui posera le principe général d’égalité réelle« , a déclaré George Pau-Langevin, même si « toutes ces propositions n’ont pas forcément vocation » à être dans le texte. Elle a salué un « plan ambitieux« , tandis qu’Ericka Bareigts a évoqué une étape « historique » pour « répondre aux attentes énormes sur nos territoires« .

Pour comparer les inégalités, Victorin Lurel propose des « indicateurs » communs, comme le PIB par habitant, l’indice de développement humain (IDH) et le rapport entre les plus riches et les plus pauvres, combinés à des indicateurs spécifiques à chaque territoire.

– « effort financier considérable » –

Outre les inégalités externes (entre les Outre-mer et la métropole), le rapport s’est aussi attaché aux « inégalités internes« , a rappelé M. Lurel, soulignant que si, dans l’Héxagone, « les 10% plus riches sont 3,6 fois plus riches que les 10% plus pauvres, ce chiffre passe à 10,7 en Guyane, 6,7 en Guadeloupe, 9,7 à Mayotte, 7 en Martinique et 5,4 à la Réunion« .

Le député appelle à réformer le marché du travail en outre-mer (« zéro charge » sur l’emploi, un contrat unique d’embauche) et à interdire aux lycées et collèges de laisser partir les jeunes décrocheurs sans formation.

Il suggère aussi de créer un complément temporaire de retraite pour les petites retraites (qui ont parfois 400 euros de différence avec la moyenne nationale), de réserver aux TPE et PME un tiers des marchés publics, de créer des zones franches globales et d’étendre l’aide fiscale aux investissements aux infrastructures publiques.

« On demande à l’Etat un effort financier considérable pour rattraper les écarts. Mais au bout de dix ans de marche vers l’égalité, on demandera des efforts aux territoires« , a expliqué l’ancien ministre, estimant qu’il faudrait le moment venu revoir la sur-rémunération des fonctionnaires en Outre-mer (destinée à compenser la vie chère), supprimer la réfaction de l’impôt sur le revenu, mais aussi augmenter la TVA et l’octroi de mer (taxe spécifique à l’outre-mer), ou encore instaurer des péages et taxer les importations de véhicules.

Le concept d’égalité réelle a été relancé depuis deux ans par le Conseil représentatif des Français d’Outremer (Crefom), qui tiendra mercredi soir son dîner annuel, auquel est convié Manuel Valls. L’association, chargée de la promotion des ultramarins, espère de premières annonces en réponse au rapport Lurel.

Source : l’express entreprises

L’accessibilité en Guadeloupe

La Guadeloupe et l’accessibilité des personnes en situation de handicap

Publication trimestrielle de la CCI des Iles de Guadeloupe, CCI MAGAZINE – n°38 –  a consacré un numéro spécial à l’accessibilité des personnes en situation de handicap.


En 2016, la Chambre de Commerce et d’industrie des Îles de Guadeloupe  publie un nouveau point sur l’accessibilité universelle dans les établissements recevant du public (ERP) guadeloupéens.

Pensé pour aider les ERP à appréhender ce carcan juridico-normatif et à les informer sur les bonnes pratiques.
Pour rendre accessible tous les ERP, mais également les voiries et les transports, afin que la chaîne de déplacement soit respectée.
L’objectif est que la personne en situation de handicap (moteur, physique, sensoriel, auditif, visuel, cognitif, mental, …) puisse en toute liberté et avec la plus grande autonomie, accéder et bénéficier des prestations offertes quelles qu’elles soient. Afin de permettre sur le long terme, le changement de regard des concitoyens vis-à-vis des personnes handicapées.
.

formation sensibilisation handicap alter formation conseil accessibilité guadeloupe

CCI Îles de la Guadeloupe

Pour tout renseignement complémentaire : N° VERT 0 800 111 971.

Cliquez ici pour télécharger le guide.

Source : CCI des Iles de Guadeloupe

De jeunes travailleurs handicapés manifestent pour la reconnaissance de leurs droits

Depuis lundi, les usagers de l’établissement et service d’aide par le travail (Esat) sont en grève pour exiger le maintien en poste de la directrice territoriale adjointe, mutée à Lille, et pour obtenir des garanties sur leurs conditions de travail. C’est la première fois que des personnes en situation de handicap manifestent de la sorte pour faire entendre leur voix.

L’établissement et service d’aide par le travail (Esat) est fermé, depuis lundi, pour cause de grève des usagers, suite à l’affectation de leur directrice territoriale adjointe à Lille. Hier, une cinquantaine de personnes étaient rassemblées à l’extérieur de l’établissement. Elles attendent une réponse de la part de la direction générale de Lille, suite au départ de leur directrice adjointe territoriale, Nathalie Grare, alors que son contrat n’est pas encore terminé.
En janvier 2015, la nouvelle directrice territoriale adjointe a été nommée en Guadeloupe. À son arrivée, Didier Marcheguay, directeur territorial de l’Alefpa (1), lui propose de diriger l’Esat des Plaines qui connaît des difficultés de gestion, son directeur adjoint étant parti en congé maladie puis à la retraite. Elle « relève le défi » , parallèlement à son poste principal, le temps du recrutement du nouveau directeur de l’Esat. À entendre les nombreux témoignages, elle remet l’établissement sur les rails. En une année, 131 formations ont été faites. La totalité des 80 usagers ont reçu des formations ainsi que les moniteurs. Pour la première fois, un jeune usager du centre a reçu son diplôme d’assistante de vie familiale.

« L’EXÉCUTEUR DES DÉCISIONS »

La sécurité au travail a aussi été améliorée. « Elle nous a acheté des bottes » , lance un jeune usager, ulcéré. Selon lui, ses camarades et lui devaient se procurer leur équipement de travail malgré leur maigre salaire (600 euros). D’ailleurs, l’augmentation des salaires est l’une de leurs revendications. « On veut savoir pourquoi il a demandé le départ de cette dame » , lance une autre. Les usagers reprochent à leur directeur territorial de vouloir renvoyer à Lille une directrice qui en une année a fait beaucoup pour eux.
Marchegay Didier avoue n’être que « l’exécuteur des décisions de la direction générale. » Il reconnaît qu’« il y a des demandes auxquelles il faut répondre » mais pas par « des promesses intenables » .
« Tout ce qu’elle (Nathalie Grare, NDLR) a fait, c’est de mettre en lumière ce qui existait et qui n’a jamais été mis en oeuvre, ni utilisé, comme ces plans de formation qui existaient déjà depuis 2011-2012, et comme la formation sur le droit des usagers » , précise Nicole Di-Ruggiero, éducatrice spécialisée.
Pour la psychologue, Lydia Elhmany, la mobilisation de ces jeunes travailleurs « est le résultat de toutes les formations auxquelles ils ont pu accéder en 2015 grâce à l’impulsion d’une personne. » C’est une première en Guadeloupe, voire en France, que des travailleurs en situation de handicap décident de manifester pour que leurs droits à de meilleures conditions de travail et de vie soient entendus et respectés.

« Elle nous a donné la possibilité de travailler »

Selon plusieurs membres du personnel, « Mme Grare a fait son travail et on le reconnaît » , « elle était équitable, elle a aidé à mettre notre établissement en conformité » , « elle nous a donné la possibilité de travailler » . Pour les usagers, voir partir leur directrice territoriale adjointe, c’est le risque de retourner dans une ancienne situation : « conditions de travail difficiles et pas de considération. » Michel Cailloux, le nouveau directeur adjoint, en poste depuis un mois et demi, avoue comprendre leur mobilisation. Il promet d’être proche des usagers et dit être là pour poursuivre le travail entamé tout en ayant conscience des difficultés de sa fonction puisque « toutes les décisions sont validées par le directeur territorial et au-dessus par l’Alefpa. »

Panorama du handicap en Guadeloupe

Le handicap en Guadeloupe : le panorama complet

handicap en guadeloupe alter formation conseil antilles outre-mer

En Guadeloupe, 49 000 personnes sont concernées par le handicap.

En Guadeloupe, 12% des personnes sont concernées par le handicap qu’il soit reconnu administrativement, identifié ou simplement ressenti.

Le taux observé est plus faible que celui de la France hexagonale qui est de 16%.

34 000 personnes, soit 8,5% de la population totale, déclarent ne pas pouvoir accomplir certaines tâches de la vie quotidienne.

Le « handicap identifié » constitue la forme de handicap la plus fréquemment citée.

Le « handicap » est officiellement « reconnu » pour près de 13 000 personnes (3% de la population, 2,9% dans l’hexagone).

Le « handicap ressenti » concerne 30 100 personnes (7,5% de la population).

Ces différentes formes de handicap se recoupent en grande partie, de sorte qu’au total plus de 49 000 personnes sont concernées par le handicap en Guadeloupe.

La population « handicapée reconnue » masculine représente 52%. Elle est plus âgée que la population globale.

En effet, 60,4% a 50 ans ou plus, alors que 8,3% a moins de 25 ans, ce qui ne correspond pas à la structure de la population guadeloupéenne.

On peut estimer dans l’enquête l’âge moyen supérieur à 53 ans (un handicapé reconnu sur trois a plus de 65 ans).

7% des handicapés reconnus sont scolarisés (soit 895 personnes).

Pour les moins de 15 ans handicapés, le taux de scolarisation vaut 100%. Entre 15 et 24 ans, il tombe à 57,8% (399 élèves ou étudiants).

Ce taux est légèrement inférieur à celui de l’ensemble des 15-24 ans (65,2%).

Au niveau national, le taux de scolarisation des 15-24 ans handicapés n’est de 47,6%, alors que le taux de scolarisation des 15-24 ans est similaire (64,8%).

Parmi les 399 handicapés de 15-24 ans scolarisés, 35 « seulement » suivent des études en lycée, les autres au collège, en primaire, en maternelle ou en établissements adaptés ou spécialisés pour enfants handicapés.

Parmi les 7683 handicapés reconnus non scolarisés de 15 à 64 ans, la part des non diplômés est majoritaire (65,4%).

Alors que dans la population générale, 24% des 15-64 ans non scolarisés sont non diplômés.

Le niveau de formation des handicapés non scolarisés est généralement faible : 20% seulement présentent un niveau de formation au delà du collège.

Peu de personnes ayant un handicap sont en emploi (8,7% des 12 000 handicapés).

Pourtant, depuis le 10 juillet 1987, la loi impose aux entreprises une obligation d’emploi de travailleurs handicapés, tout en leur donnant la possibilité de verser alternativement une contribution financière pour s’en acquitter.

Concernant les handicapés reconnus, le taux d’activité vaut 27,9%, le taux de chômage obtenu dans l’enquête 54,1%, le taux d’emploi 12,8%.

A la même date en Guadeloupe (2008), le taux d’activité des 15-64 ans vaut 63% (70,1% dans l’hexagone), le taux de chômage 22%, le taux d’emploi 48,8% (44,3% pour les femmes et 54,1% pour les hommes).

Ce dernier taux valant 64,3% dans l’hexagone soit un écart de plus de 15 points avec la Guadeloupe.

Cette différence s’expliquant principalement par une situation du marché de l’emploi plus dégradée localement.

Pour les handicapés reconnus dans l’hexagone, le taux d’activité vaut 41,1%, le taux de chômage obtenu dans l’enquête 21,4%, le taux d’emploi 32,3%.

Certaines déficiences semblent plus pénalisantes pour occuper un emploi ou en chercher un : déficiences psychologiques et intellectuelles, déficiences de la parole et du langage, déficiences motrices.

Parmi les 6 000 adultes (15-64 ans) reconnus handicapés qui ne sont pas en emploi, étudiant ou au chômage, 71,4% se déclarent inaptes au travail.

4,3% souhaitent travailler, 21,2% ne souhaitent pas travailler. Parmi ces derniers, on compte néanmoins une majorité de retraités.

Par ailleurs, 71,8% de ces 6 000 adultes (15-64 ans) reconnus handicapés déclarent avoir trop de problèmes de santé pour travailler.

7,6% de ceux qui ne travaillent pas considèrent qu’il y a peu d’avantages financiers du travail.

Un handicapé reconnu de 15 à 64 ans en emploi sur quatre déclare avoir besoin d’aménagements nécessaires pour travailler.
– le soutien des collègues et du supérieur apparaît : 40,9%
– la possibilité de travailler à domicile : 30%
– matériel spécial ou adaptation de poste : 39,8%
– pouvoir travailler à domicile : 39,7%
– aménagement de l’accès au poste : 31,4%
– aide d’un assistant : 30%

Plus de huit chômeurs reconnus handicapés sur dix le sont depuis au moins un an.

Concernant les travailleurs handicapés reconnus, ceux-ci déclarent, quand ils travaillent, avoir trouvé un emploi par candidature spontanée (30%), par relations familiales ou personnelles (30%) ou par création d’entreprise (30%).

Les autres motifs, via pôle emploi (5%) ou avoir trouvé un emploi par concours (5%) étant plus rares.

En 2011, si le taux d’emploi des personnes handicapées dans la fonction publique est à la hausse, dans le même temps, le nombre de demandeurs d’emploi appartenant à ce public a, lui aussi, augmenté.

Les chiffres clés 2011 du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique, indiquent que le nombre d’employeurs publics versant une contribution à cet organisme (pour ceux qui n’atteignent pas les obligations légales) a baissé de 13%, grâce à la progression du taux d’emploi.

Ce taux avait atteint 4,2% au 1er janvier 2010 (ce qui représente 187 217 travailleurs handicapés en poste).

Plus précisément, ce taux d’emploi était de 3,3 % dans la fonction publique d’Etat, établissements publics de sécurité sociale, organismes consulaires et la Poste, de 5% dans la fonction publique hospitalière et de 5,1% dans la fonction publique territoriale.

Mais cette progression du taux d’activité, que l’on retrouve dans le secteur privé, rendue possible grâce à l’engagement des employeurs, a peu d’effets sur le nombre de demandeurs d’emploi handicapés.

Ce nombre a crû de 13,9% en 2011, contre une hausse de 4,3% pour l’ensemble du public. Une hausse particulièrement forte pour les plus de 50 ans : + 24%.

En 2011, pour aider à l’insertion du public handicapé, le FIPHFP a distribué 11,8 millions d’euros au profit d’agents des employeurs publics, en centrant cette aide sur l’accessibilité des locaux professionnels à tous les handicaps.

SOURCE : Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIECCTE) / DOMactu.com